Même pas peur

Voilà quelques mots qui m’ont bien fait rigoler (merci à Fabi, mon ancienne collègue), mais que je me suis efforcé d’appliquer depuis les dernières semaines.  À l’aube de la quarantaine, j’ai décidé de vivre à fond, d’emmerder ceux qui ne m’aiment pas, d’accueillir ceux qui veulent de moi et de ne plus endurer la vie, mais de la vivre. Suite à quelques rencontres faites au hasard cet été, je tiens à m’excuser de ne pas avoir pris le temps d’écrire depuis trois semaines. J’ai été particulièrement occupé, mais j’ai négligé mon lectorat. Je vais préparer du matériel en avance pour les prochaines vacances à venir.

Un nouveau boulot

La dernière fois que j’ai écrit, j’expliquais que mon avenir professionnel se déplaçait dans l’univers de la petite enfance. Je reste dans le domaine de la finance, des prévisions financières et de la planification. La gestion des ressources humaines s’ajoute à mes responsabilités. Ma patronne est hyperactive. Les prochaines années s’annoncent mouvementées et j’en suis heureux. J’avais besoin de nouveaux défis professionnels.

Pas de vacances

Je n’ai pas eu l’opportunité de prendre de vacances cette année pour toutes sortes de bonne et de mauvaises raisons. Financièrement, c’était difficile cette année. J’ai trouvé ça un peu pénible de regarder L’Héritier s’amuser avec tout le monde, sauf moi, cet été. On ne s’est pas beaucoup vu au courant du mois d’août puisque la mère de l’Héritier l’a amené en chalet, à Foresta Lumina, et autres destinations que plusieurs semaines de vacances rendent possibles.

Je n’ai pas voulu imposer un été pénible à L’Héritier. J’ai été un peu mou avec lui en août. Il me disait souvent qu’il ne voulait pas rester chez moi, qu’il voulait aller chez sa mère. Je l’ai laissé faire pendant un p’tit bout de temps. Je me disais que je ne voulais pas lui imposer quelque chose. Je me disais que puisqu’il passait ses journées chez sa mère il pouvait aussi bien y passer ses nuits aussi. J’ai joué au papa fort pendant un bout.

Ça me crevait le cœur dans le fond. On s’est toujours bien entendu et l’on a toujours eu du plaisir l’Héritier et moi. J’ai l’impression que le brassage des derniers mois a été difficile pour lui aussi et qu’il m’en veut un peu d’avoir chamboulé son monde. Par contre, ce n’est pas en lui permettant de s’éloigner sous de fausses excuses que je vais ressouder les liens. J’ai donc « imposé » à l’Héritier de passer ses soirées et ses matinées avec moi tout en lui permettant de passer ses journées chez sa mère s’il le souhaitait. Je suis convaincu que c’était la décision à prendre.

Fini le vapotage

Je suis allé me chercher des timbres de nicotine il y a deux semaines pour m’aider à cesser de vapoter. Je n’ai pas ouvert un paquet de timbres encore et j’ai arrêté « à sec ». Ma vapoteuse est entre bonnes mains, ce qui aide à avoir de la volonté. Je l’ai remise à une personne digne de confiance qui ne me la remettra sous aucune circonstance, même la torture. Ça me coûte une fortune en menthe Excel, je suis légèrement irritable, mais je tiens le coup. Le plus dur est fait!

Fabriquer du bonheur

Les dernières semaines m’ont apporté plus de bonheur que les 5 dernières ne l’ont faite. J’ai un bel appart, j’ai un fils heureux, je travaille à 250 mètres de la maison et je fréquente des gens qui m’aiment et que j’aime aussi. Je pense que je suis sur mon « X » dans tous les aspects de ma vie. L’amour et la reconnaissance sont au rendez-vous. Professionnellement, je me sens stimulé et financièrement je ne suis pas riche, mais je vis confortablement et simplement. Je parle de fabriquer du bonheur puisqu’il a fallu que j’y fournisse un effort pour y arriver. Faire des sacrifices, travailler sur ma confiance en moi et prendre des risques calculés pour y arriver.

Revenu Canada

Si vous connaissez quelqu’un qui travaille à l’Agence du revenu du Canada (ARC), pourriez-vous lui demander quels sont les délais de traitement pour émettre un remboursement d’impôts de moins de 2 000$ et l’avis de cotisation qui va avec? Surtout quand le contribuable en question a soumis son rapport avant la date limite? En attendant, je vais téléphoner pour la quatrième fois demain pour faire « escalader » ma demande à un « niveau supérieur » de la hiérarchie incompréhensible de l’ARC

Partiellement vôtre,

Papa à temps partiel

 

Auteur : Frédérick Perrier

Papa d'un petit bonhomme de 7 ans (bientôt 8). J'ai été marié 17 ans et séparé depuis octobre 2017. J'apprends à gérer la "monopaternité", la vie en solo et à retrouver le bonheur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s